L'actualité immobilière de l'agence Nord Isere Immobilier
15 Déc

En cas de difficulté à rembourser votre crédit immobilier à Bourgoin-Jallieu, pensez au report !

Lorsque d’importantes difficultés financières se présentent, on s’imagine devoir revendre son bien et redevenir locataire. Mais dans un contexte de baisse des prix et lorsque le crédit immobilier a été souscrit sans apport et sur une longue durée, il y a un risque que montant de la vente ne puisse pas couvrir celui du capital restant dû…

Exemple : Couple avec 3000 € de revenus ayant acheté il y a 3 ans une maison à 200 000 € sans apport personnel. Les différents frais, soit 20 000 € (notaire, garantie, dossier), sont donc inclus dans le montant du prêt (220 000 € sur 25 ans à 1,5 %).

• Mensualités : 932,5 €
• Monsieur perd son emploi. Au bout de 6 mois, comme il est difficile d’assumer les mensualités, le couple décide de revendre le bien et de redevenir locataire.
• Problème : en novembre 2020, au bout de 3 ans, seuls 20 000 € ont été amortis, soit le total des frais. Le couple doit encore 199 625 € à la banque.

Or si les prix de l’immobilier ont baissé de :

• seulement 5 % : la maison ne vaut plus que 190 000€
• 10% : la maison ne vaut plus que 180 000€

Dans les deux cas, le couple se retrouve dans l’incapacité de rembourser leur crédit.

« Aujourd’hui, la banque comme l’emprunteur, en cas de difficultés financières, ont tout intérêt à mettre en place un report ou réaménagement du crédit. Car en cas de revente contrainte du bien, il peut y avoir un risque de non-remboursement du crédit, notamment pour ceux qui ont emprunté sans apport, sur une durée longue et qui n’ont pas encore commencé à amortir la valeur du bien… Dans ces cas-là, en cas de baisse des prix, même de 5%, la banque ne pourra pas être remboursée intégralement du crédit immobilier », explique Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

Le report d’échéance consiste à demander à la banque la suspension du remboursement de ses mensualités pendant un ou plusieurs mois. Certains établissements bancaires offrent cette possibilité sous conditions, mentionnées dans les offres de prêt. Toutefois, même si la démarche est gratuite, la suspension d’échéance a un coût car le report génère des intérêts supplémentaires et allonge la durée du prêt.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée